Sur la politique culturelle, le groupe LR/UDI capitule une nouvelle fois devant le PS (14/01/2017)

LES PATRIOTES-FRONT NATIONAL – BOURGOGNE FRANCHE-COMTÉ
Communiqué de presse

Lors de la séance plénière du 13 janvier 2017, dans son rapport 5-1 l’exécutif socialiste a proposé à l’assemblée de voter pour la suppression du dispositif d’aide à l’achat d’instruments pour les écoles de musique et harmonies, mis en place par l’ancien Conseil régional de Bourgogne.

Soucieux de maintenir l’équilibre des territoires et de favoriser l’accès à la culture pour tous, le groupe « Les Patriotes – Front National » a donc déposé un amendement visant non pas à abroger mais à étendre le dispositif d’aide à l’ensemble de la Bourgogne-Franche-Comté.

Le groupe LR/UDI, qui avait déjà refusé en décembre dernier de soutenir notre Motion demandant un rééquilibrage des subventions régionales versées aux Conservatoires de Musique – 1 million d’euros pour celui de Dijon contre 200 000 € pour celui de Besançon et ce pour dispenser les mêmes formations – a une nouvelle fois botté en touche en ne prenant pas part au vote sur notre amendement. Un témoignage de plus s’il en était encore besoin de la complaisance du groupe LR/UDI envers l’exécutif socialiste et de son mépris pour l’accès à la culture pour tous.

Pour notre part, nous réitérons notre soutien à toutes les associations qui ont exprimé leur vive émotion à l’issue de la suppression pure et simple de ce dispositif. La justification nébuleuse des socialistes, arguant que la Région devait faire des économies, ne dupera personne. Les socialistes ont préféré opérer des coupes budgétaires dans la politique culturelle (aides aux bibliothèques, aux médiathèques, aux écoles de musique et harmonies, au conservatoire à rayonnement régional de Besançon) plutôt que d’en faire dans la pléthore de dispositifs relevant de la nébuleuse et coûteuse politique du « vivre-ensemble ».

Le Front National a lui fait le choix de défendre l’équilibre des territoires et l’accès à la culture pour tous en Bourgogne, Franche-Comté.

La Région socialiste abandonne le conservatoire à rayonnement régional de Besançon (18/12/2016)

Lors de la séance plénière du Conseil régional du 16 décembre, le groupe « Les Patriotes – Front National » a déposé une motion dans le but d’harmoniser les subventions régionales entre le conservatoire à rayonnement régional de Dijon, qui perçoit un million d’euros et celui de Besançon, doté lui seulement de 200 000 euros pour à peine 17 élèves en moins.
Interrogée par notre élu Julien ACARD, sur un indispensable et urgent coup de pouce financier en faveur du conservatoire à rayonnement régional de Besançon, la présidente socialiste a lancé un vague « c’est prévu dans deux ans », ignorant de fait les actuelles difficultés de financement dudit conservatoire.
Ainsi, l’inertie de l’exécutif socialiste empêche de nombreux Francs-Comtois et notamment les plus jeunes et les plus modestes d’accéder à une formation musicale et culturelle de qualité, avec la complicité des « Républicains » qui ont botté en touche sur ce sujet.
Le groupe « Les Patriotes – Front National » persistera donc à défendre TOUS nos concitoyens face aux inégalités territoriales, dans tous les domaines, et proposera dès janvier lors du vote du budget régional un amendement visant à ajuster à la hausse la subvention en faveur du conservatoire à rayonnement régional de Besançon et ce dans un souci évident d’équilibre de l’offre culturelle sur l’ensemble du territoire régional.

Les élus du groupe Les Patriotes – Front National

« Gestion socialiste : soulève le tapis et tu trouveras de la poussière ! » (16/12/2016)

Lors de la séance plénière du 16 décembre, l’examen du rapport 3-2 portant sur une subvention de 40800 € pour financer la commercialisation d’un serious-game de lutte contre l’illettrisme a donné lieu à une passe d’armes entre le Front National et l’exécutif socialiste.

La veille, les élus FN, Julien Acard et Lilian Noirot ont effectué une visite de l’entreprise afin d’expérimenter ledit logiciel. Les élus n’ont hélas pu que constater les carences et manquements de la gestion socialiste.
En tout, l’entreprise a reçu il y a 2 ans plus de 2,2 Millions d’€ de financements publics, parmi lesquels un prêt de 400.000 euros de l’ex région Franche-Comté, pour développer
son produit. Aujourd’hui en redressement judiciaire, elle risque de ne pouvoir rembourser ses dettes. Les élus FN déplorent le manque de rigueur des socialistes qui, dans cette affaire, n’ont ni vérifié le modèle économique de l’entreprise au moment de débloquer les fonds, ni assuré un suivi depuis.

Face aux questions précises du FN en plénière, la Présidente de Région a, une nouvelle fois, perdu son calme contrastant avec l’attitude de sa Vice-Présidente étonnamment silencieuse sur le sujet. Preuve, s’il en était besoin que chaque fois que nous soulevons un coin du tapis, nous trouvons de la poussière !
Refusant d’apporter des réponses, Madame Dufay a procédé au vote avant d’hurler à l’attention des élus d’opposition « Y’en a marre ! », « C’est honteux ! » au seul motif que nous nous interrogions sur la non-participation au vote d’un élu de sa majorité… Énervée, elle a balancé « Il ne vote pas car un membre de sa famille travaille dans l’entreprise »

Considérant que c’est à l’État qu’il appartient de mener les politiques de lutte contre l’illettrisme au plan national et face aux nombreuses zones d’ombre de ce dossier régional, les élus Les Patriotes-Front National n’ont pas participé au vote.
Au nom du Peuple, nous ne resterons pas inactifs face au gaspillage délibéré de
l’argent public.

 

Les élus du groupe
« Les Patriotes-Front National »

Les élus « Les Patriotes-Front National » de Bourgogne-Franche-Comté proposent un contre-SRDEII (16/12/2016)

Le 16 décembre 2016, l’exécutif socialiste a présenté sa stratégie de mandat en matière économique. Or, le schéma régional que nous propose Marie-Guite Dufay est manifestement teinté d’idéologie : promouvant des concepts se voulant novateurs et intellectuels, la stratégie économique régionale se trouve en réalité hors sol.

Pour pallier ce cruel manque de bon sens, de simplicité, voire d’humilité, les Patriotes du Front National entendent faire part de leurs propositions. Notre but est de présenter une alternative crédible à la majorité socialiste : avec des idées simples, efficaces, frappées au coin du bon sens, ces propositions entendent être compréhensibles par tous les Bourguignons et Francs-Comtois.

Dans un contexte où l’Union Européenne impose à la France un surplus de normes, de contraintes budgétaires, financières et économiques, il serait impensable de ne pas rationaliser au maximum les services de la Région : guichet unique, aide administrative, simplification des systèmes d’aides aux entreprises, etc.

Voilà un bref aperçu des 25 pages de propositions que nous offrons à nos compatriotes.

Chacun pourra donc constater qu’une Région Patriote n’est ni de droite ni de gauche, mais de bon sens. Nous avons voulu démontrer qu’un développement économique raisonné, respectueux des femmes et des hommes, est possible au niveau régional : l’institution doit pour ce faire agir aux côtés des acteurs de l’économie réelle.

Notre voeu le plus cher est que la Région puisse aider la France à retrouver sa place dans le monde, au lieu de servir le projet fédéraliste européen. Ces propositions ont été rendues possibles par la concertation avec les Français du quotidien.

Rassembler et agir au nom de celui par qui tout procède, sans qui tout échoue et contre lequel rien ne se doit entreprendre : le peuple français.


Sophie Montel

Présidente du Groupe
Les Patriotes-Front National.

A Audincourt, Valls va pouvoir constater les dégâts économiques et sociaux engendrés par ses choix politiques (06/12/2016)

COMMUNIQUE DE PRESSE

Manuel Valls, ex-Premier Ministre de François Hollande et désormais candidat à l’investiture d’un Parti socialiste moribond, a annoncé vouloir lancer sa campagne par un meeting à Audincourt. Il semble cependant encore chercher des visites à effectuer dans le Doubs. Je me permets de lui faire quelques suggestions :
– L’ex-premier Ministre pourrait d’abord aller visiter l’usine PSA à Sochaux, pour expliquer aux salariés que les 2.133 emplois supprimés par PSA l’année prochaine, ce n’est pas de sa faute.
– Je lui suggère une visite des sous-traitants et équipementiers automobiles : il exposera aux salariés tous les méfaits du modèle économique ultralibéral qu’il chérit tant.
– Je lui conseille également de rendre visite aux professionnels du Bâtiment ou des Transports : ils vantera aux employés de ces secteurs les « avancées sociales » obtenues grâce à la directive européenne dite « des travailleurs détachés ».
– Il pourrait enfin visiter le centre Pôle emploi de Montbéliard : il y expliquera aux demandeurs d’emploi du Doubs que ce n’est pas sa faute si, dans le département, le nombre de chômeurs a augmenté de 9 % pendant qu’il était Premier Ministre.
Enfin, puisqu’il sera à Audincourt, M. Valls pourra peut-être aller à la rencontre des habitants, des forces de l’ordre et des sapeurs pompiers afin de leur présenter son bilan en matière de lutte contre l’insécurité.

Je suggère enfin à M. Valls un dernier changement : plutôt que de mener une « campagne », ce dernier pourrait se lancer dans une « tournée d’excuses aux Français ». Puisque face à l’échec il n’a pas la décence de renoncer comme François Hollande, cela paraît être un minimum.

Sophie MONTEL
Député français au Parlement européen
Présidente du groupe Les Patriotes – Front National au CR BFC

Florian Philippot à Besançon pour soutenir l’innovation

Communiqué de presse

À l’initiative de Robert Sennerich, secrétaire départemental du Front National du Doubs, Florian Philippot, vice-président à la stratégie et à la communication du Front National et Sophie Montel, député français au parlement européen et présidente du groupe « Les Patriotes-Front National » à la région Bourgogne Franche-Comté ont visité deux « jeunes pousses » à Témis Innovation ce jeudi 27 octobre.

L’occasion pour les responsables FN de rappeler leur attachement au secteur de l’innovation, de la recherche et du développement : un secteur stratégique, à haute valeur ajoutée et créateur d’emploi !

Lors de cette visite, les chefs d’entreprises et leurs équipes respectives ont pu faire découvrir leur savoir-faire remarquable (fabrication de drones, de logiciels informatiques
pour la robotique) ; démontrant s’il en était besoin toute l’étendue du génie français.

Les nombreux échanges ont confirmé l’analyse du FN tant sur la situation économique, les difficultés de trésorerie que sur les besoins de ces start-up innovantes (baisse du coût des charges, meilleur accès à la commande publique, simplification des formalités administratives, inadéquation de la formation professionnelle avec les demandes des professionnels).

Ils viendront abonder le programme de Marine Le Pen, candidate à l’élection présidentielle.

01_florian-philippot-a-besancon-pour-linnovation 02_florian-philippot-a-besancon-pour-linnovation 04_florian-philippot-a-besancon-pour-linnovation

Menaces sur l’emploi à PSA : l’État doit être vigilant

Communiqué de Sophie Montel

sophie_montel

Selon des documents que se sont procurés les journalistes de France info, le groupe PSA préparerait un 4ème plan de suppression de postes. Ce dernier prévoirait 1.025 départs volontaires non-remplacés, auxquels il faut ajouter 983 départs en pré-retraites, ainsi que 125 congés longue durée.

Ces derniers 18 mois PSA a dégagé 2,4 milliards d’euros de bénéfices, et le prétexte avancé par le groupe pour ce nouveau plan (ce serait la faute aux incertitudes crées par le Brexit) ne sont absolument pas crédibles. PSA est en effet un groupe habitué à ce genre de plan, et il faut noter en parallèle que le recours aux intérimaires atteint des niveaux exceptionnels sur les sites de PSA.

Il n’est pas acceptable de voir que PSA, groupe dont l’État est actionnaire à hauteur de 14%, ignore totalement la responsabilité sociale qui est la sienne. Les fruits des efforts réalisés et des sacrifices consentis par les salariés doivent être équitablement répartis. C’est le sens de ce que Marine Le Pen propose pour que l’économie française fonctionne pour tous : participation et concertation doivent devenir les principes premiers de la gouvernance en entreprise. L’État-actionnaire doit ainsi exiger des explications à PSA sur ces révélations, afin que la stratégie du groupe soit claire et ses objectifs partagés par tous.

Enfin, il serait bon que l’on fasse preuve de bon sens : il paraît en effet absurde que l’État, actionnaire de PSA, commande des véhicules produits à l’étranger comme il le fait pourtant régulièrement. Le patriotisme économique est ainsi un axe incontournable du renouveau industriel que Marine Le Pen souhaite mettre en œuvre.

Macron à Besançon, une insulte aux Francs‐Comtois

COMMUNIQUÉ DE PRESSE DE ROBERT SENNERICH

Robert Sennerich


Aujourd’hui 27 septembre, Emmanuel Macron a inauguré le salon Micronora à Besançon accompagné du Maire PS et « en marche », Jean-Louis Fousseret.
Arborant ce grand sourire qu’il a pu perfectionner au cours de l’été qu’il a passé sur les couvertures de Paris Match, Emmanuel Macron a prouvé qu’il n’était qu’un politicien sans envergure.
Pendant qu’il était ministre,  le nombre de demandeurs d’emplois a augmenté de 364.000 et pas moins de 80.000 emplois industriels ont été détruits. S’en est-il expliqué ou excusé ?
En Franche-Comté, Macron avait promis que la vente d’Alstom Énergie n’entrainerait aucune suppression d’emploi (il y en a eu plus de 2000) et que le site d’Alstom Transports à Belfort ne connaîtrait aucune suppression d’emploi : c’est tout le site qui ferme finalement. S’en est-il expliqué ou excusé ?
Macron a fait l’exact contraire de ce que la décence aurait dû l’obliger à faire, à savoir se faire tout petit à défaut d’admettre ses fautes. Il a trahi les habitants de notre région, mais ose pourtant venir pavaner ici, sans idée ni projet autre que celui de sa propre ambition.

Face à cette caste politicienne résignée et eurogaga, le Front National du Doubs enverra une délégation visiter le salon Micronora. L’occasion pour nous d’exposer aux acteurs de la filière les solutions de bon sens du Front national pour arrêter le déclin industriel de la France, et notamment comment l’État aurait pu, en suivant nos conseils d’alors, préserver le bijou industriel qu’était Alstom.
Patriotisme économique grâce à des commandes publiques qui favorisent nos entreprises et donc nos emplois, protectionnisme intelligent, nationalisation d’Alstom via la Caisse des dépôts et consignation : les solutions existent, elles demandent par contre de sortir du cadre rigide de l’Union européenne de Bruxelles qu’Emmanuel Macron semble lui idolâtrer.