• Bienvenue sur le site officiel de la Fédération du Doubs

    Photo © Lionel Georges

  • Bienvenue sur le site officiel de la Fédération du Doubs

  • Bienvenue sur le site officiel de la Fédération du Doubs

  • Bienvenue sur le site officiel de la Fédération du Doubs

    Photo © Christophe Finot

  • Bienvenue sur le site officiel de la Fédération du Doubs

    Photo © Bresson Thomas

  • Bienvenue sur le site officiel de la Fédération du Doubs

    Photo © Liz Millereau

Séance du Conseil municipal de Besançon (18/01/2017)

Les élus et les militants du Front National du Doubs étaient présents mercredi soir au Conseil municipal de Besançon pour soutenir Philippe Mougin, insulté par Monsieur Fousseret au mois de décembre.

Lors de ses propos liminaires, Philippe Mougin a néanmoins adressé ses vœux à Monsieur le Maire malgré son refus de s’excuser.

Félicitations à lui et à son collègue Julien Acard pour leur excellent travail d’opposition aux services des Bisontines et des Bisontins !

Conférence Front National à Besançon : « L’École, un enjeu pour toute une nation »

conference ecoleconference ecole

Notre fédération a eu le plaisir d’accueillir jeudi soir à Besançon Alain Avello, président du collectif Racine, Secrétaire départemental de Loire-Atlantique et conseiller régional des Pays de la Loire, pour une conférence sur l’École en présence de Sophie Montel et de Robert Sennerich.
Beaucoup de participants intéressés et des échanges constructifs autour de ce sujet fondamental. Une antenne départementale du collectif sera ainsi créée prochainement.

Le collectif Racine a fait un gros travail de réflexion depuis sa création et a remis cent propositions à notre Présidente qui ont été présentées lors de la convention présidentielle sur l’École en septembre dernier. Le projet présidentiel de Marine, qui sera entièrement présenté aux assises de Lyon les 4 et 5 février, s’appuiera sur ces propositions.

Alain Avello a dressé les causes de l’échec du système scolaire français actuel. Ce sont d’abord l’égalitarisme et le pédagogisme, idéologies héritées de la pensée 68. Le pédagogisme consiste à placer l’élève au centre du système comme référent de la culture commune. Par exemple, en zone sensible, la culture commune, c’est parfois le rap. Hors l’analyse du rap, ce n’est pas celle de la littérature. Avec ce principe, l’élève devient la référence de ce qu’il y a à savoir.
Concernant l’égalitarisme, les principes d’égalité et d’équité républicaines ont été reniés. Cela s’est traduit par un nivellement par le bas. En bafouant les principes de la République, l’égalitarisme et le pédagogisme ont rendu l’École très inégalitaire. Ce sont les enfants issus des milieux défavorisés qui en subissent les conséquences. Pourtant, ce sont eux qui auraient tout à attendre de l’École.
L’autre cause de l’échec, c’est le reniement de notre souveraineté éducative par nos élites, converties aux dogmes ultra-libéraux dans tous les domaines – celui de l’éducation inclus. Le système éducatif actuel souffre notamment d’un trop-plein d’autonomie offerte aux établissements.

François Fillon – qui fut ministre de l’Éducation – a contribué au déclin de cette dernière avec sa loi d’orientation et de programme pour l’avenir de l’école de 2005, simple traduction des politiques de l’Union Européenne en politique scolaire nationale. La loi Fillon, c’est le socle commun de compétences et de connaissances. C’est au titre de cette loi que l’on a combiné les matières entre elles. Ce principe, qui aurait pu être une bonne chose au premier abord, s’est, en pratique, traduit une fois encore par la baisse des savoirs et le nivellement par le bas. La loi Fillon, c’est aussi la vénération du tout-numérique. Les technologies sont des moyens, mais pas une fin en soi ! La loi Fillon, c’est enfin la conversion à l’Anglais comme langue de référence.

Notre candidate a exprimé sa volonté de recentrer le système éducatif sur la transmission des savoirs fondamentaux au détriment d’activités dites « gadgets ». Plus aucun enfant ne doit sortir de l’école primaire sans savoir lire, écrire et compter. Le mode d’apprentissage syllabique de la lecture doit être à nouveau la règle. Les autres modes d’apprentissage ne seront pas tolérés.
Il est nécessaire d’en finir avec le collège unique qui a mis certains enfants dans l’impasse : ceux qui se seraient réalisés dans la voie professionnelle. Il faut qu’à 14 ans, un enfant puisse s’acheminer vers la voie de l’apprentissage. Cela n’empêche pas de disposer d’un système de passerelles ouvertes avec la voie classique. Il est simple de redynamiser la voie professionnelle : elle souffre d’abord d’un déficit d’image qu’il faut combler. Mettons en place des procédés symboliques qui ne coûtent pas grand-chose : créons des grandes écoles des métiers !
Il faudra également revoir en profondeur la voie générale au Lycée. Les filières scientifiques et littéraires doivent être rehaussées, avec pour cette dernière davantage de langues anciennes. Le baccalauréat est profondément dévalorisé, car on a voulu le donner au plus grand nombre au détriment d’un niveau soutenu, il n’a plus de valeur.
Associé à l’absence de sélection généralisée pour entrer à l’Université, le résultat est que 52 % des étudiants en 1è année de fac sont recalés ! Marine souhaite réintroduire une sélection juste par le mérite et non pas par tirage au sort – sélection qui va être légalisée prochainement pour les filières trop demandées. Enfin, il faut informer les élèves des débouchés réels de chaque filière et ne plus les illusionner avec des filières universitaires sans débouchés.

Sur la politique culturelle, le groupe LR/UDI capitule une nouvelle fois devant le PS (14/01/2017)

LES PATRIOTES-FRONT NATIONAL – BOURGOGNE FRANCHE-COMTÉ
Communiqué de presse

Lors de la séance plénière du 13 janvier 2017, dans son rapport 5-1 l’exécutif socialiste a proposé à l’assemblée de voter pour la suppression du dispositif d’aide à l’achat d’instruments pour les écoles de musique et harmonies, mis en place par l’ancien Conseil régional de Bourgogne.

Soucieux de maintenir l’équilibre des territoires et de favoriser l’accès à la culture pour tous, le groupe « Les Patriotes – Front National » a donc déposé un amendement visant non pas à abroger mais à étendre le dispositif d’aide à l’ensemble de la Bourgogne-Franche-Comté.

Le groupe LR/UDI, qui avait déjà refusé en décembre dernier de soutenir notre Motion demandant un rééquilibrage des subventions régionales versées aux Conservatoires de Musique – 1 million d’euros pour celui de Dijon contre 200 000 € pour celui de Besançon et ce pour dispenser les mêmes formations – a une nouvelle fois botté en touche en ne prenant pas part au vote sur notre amendement. Un témoignage de plus s’il en était encore besoin de la complaisance du groupe LR/UDI envers l’exécutif socialiste et de son mépris pour l’accès à la culture pour tous.

Pour notre part, nous réitérons notre soutien à toutes les associations qui ont exprimé leur vive émotion à l’issue de la suppression pure et simple de ce dispositif. La justification nébuleuse des socialistes, arguant que la Région devait faire des économies, ne dupera personne. Les socialistes ont préféré opérer des coupes budgétaires dans la politique culturelle (aides aux bibliothèques, aux médiathèques, aux écoles de musique et harmonies, au conservatoire à rayonnement régional de Besançon) plutôt que d’en faire dans la pléthore de dispositifs relevant de la nébuleuse et coûteuse politique du « vivre-ensemble ».

Le Front National a lui fait le choix de défendre l’équilibre des territoires et l’accès à la culture pour tous en Bourgogne, Franche-Comté.

Galette annuelle de la fédération à Deluz

Vendredi soir, s’est tenue la galette annuelle de la fédération à Deluz en présence de Robert Sennerich, Secrétaire départemental, et de Sophie Montel, Député français FN au Parlement Européen et Présidente du groupe « Les Patriotes – Front National » à la région Bourgogne Franche-Comté.

Après avoir accueilli chaleureusement les nombreux participants, Sophie Montel a transmis à tous ses meilleurs vœux – dont la victoire de Marine au mois de mai – et tenu un discours combatif en vue des élections présidentielles et législatives dans lequel elle a appelé à la mobilisation de tous les adhérents et sympathisants dans la campagne.

Elle a dénoncé François Fillon, le candidat de Bruxelles et de l’ultra-libéralisme, et son programme qui est d’une violence inouïe pour les classes moyennes et populaires. François Fillon est tellement caricatural qu’elle l’a désigné comme étant le meilleur candidat pour le Front National.
Sophie a ensuite rappelé les grandes lignes du parti qui sont celles de Marine.
Le FN lutte contre toute forme de communautarisme et reconnaît uniquement la communauté nationale.
Il faut en finir avec la multiplicité des échelons institutionnels qui engendre beaucoup de gaspillages. Nous prônons une réorganisation des collectivités territoriales selon un modèle « État – Départements – Communes ». Les régions et les communautés de communes seront supprimées en tant qu’institutions. Les prérogatives de ces dernières seront réparties entre les autres existantes. Par exemple, la gestion des lycées fera partie des compétences des départements.
Les questions sociétales ont vocation à être tranchées par référendum, que nous respecterons indépendamment des résultats. Le droit à l’IVG ne sera pas remis en cause, nous ne reviendrons pas sur la loi Veil. Marine Le Pen sera la candidate qui défendra les femmes.
Elle redonnera sa souveraineté et sa liberté à la France. Les Français doivent redevenir maîtres chez eux. Retrouver notre souveraineté monétaire est primordial pour pouvoir mener à bien nos projets. En restant dans la monnaie unique, nous dépendons de la Banque Centrale Européenne qui peut arrêter de nous financer si notre politique intérieure ne lui convient pas : elle a encore fait récemment ce chantage à la Grèce. À l’issue de six mois de négociations, un référendum sur la sortie de l’Union Européenne sera organisé.
Enfin Sophie a rappelé que Marine présentera l’intégralité de son programme aux assises de Lyon les 4 et 5 février auxquelles les adhérents sont invités à participer.

Les participants ont enfin été conviés à partager la galette des rois dans la convivialité avec une animation musicale.

Un grand merci à Sophie pour son excellente prestation, aux élus et cadres qui ont organisé cet événement et aux participants !

Voir toutes les photos ici.

La Région socialiste abandonne le conservatoire à rayonnement régional de Besançon (18/12/2016)

Lors de la séance plénière du Conseil régional du 16 décembre, le groupe « Les Patriotes – Front National » a déposé une motion dans le but d’harmoniser les subventions régionales entre le conservatoire à rayonnement régional de Dijon, qui perçoit un million d’euros et celui de Besançon, doté lui seulement de 200 000 euros pour à peine 17 élèves en moins.
Interrogée par notre élu Julien ACARD, sur un indispensable et urgent coup de pouce financier en faveur du conservatoire à rayonnement régional de Besançon, la présidente socialiste a lancé un vague « c’est prévu dans deux ans », ignorant de fait les actuelles difficultés de financement dudit conservatoire.
Ainsi, l’inertie de l’exécutif socialiste empêche de nombreux Francs-Comtois et notamment les plus jeunes et les plus modestes d’accéder à une formation musicale et culturelle de qualité, avec la complicité des « Républicains » qui ont botté en touche sur ce sujet.
Le groupe « Les Patriotes – Front National » persistera donc à défendre TOUS nos concitoyens face aux inégalités territoriales, dans tous les domaines, et proposera dès janvier lors du vote du budget régional un amendement visant à ajuster à la hausse la subvention en faveur du conservatoire à rayonnement régional de Besançon et ce dans un souci évident d’équilibre de l’offre culturelle sur l’ensemble du territoire régional.

Les élus du groupe Les Patriotes – Front National